top of page
cloud-vds.png
  • 2 Base de données

  • 2 VPS AMD

  • 4 instances ARM

  • Stockage 100 Go

  • 50k appels API

theme-light-dark-white.png

Comprendre le Trunk, la base de l'encapsulation des VLANs

1. Introduction au Trunk, encapsulations 802.1Q et ISL


Le trunk est le mécanisme qui permet d’insérer l’identifiant du VLAN sur une trame utilisateur. Toute trame se propageant sur plusieurs équipements conservera toujours l’information de son appartenance à son VLAN. Et l'équipement de destination saura avec quels ports la trame peut être géré (ports appartenant au même VLAN).


Si vous voulez du trafic VLAN entre des commutateurs, vous devez utiliser une jonction. Une connexion trunk est simplement une liaison normale sauf qu'elle est capable de transmettre le trafic de différents VLAN et possède une méthode pour séparer le trafic entre les VLAN. Voici un exemple:



Comme vous pouvez le constater, nous avons des ordinateurs des deux côtés et ils se trouvent dans des VLAN différents. En utilisant le trunk, nous pouvons nous assurer que tout le trafic VLAN peut être envoyé entre les commutateurs. Comme nos trames Ethernet classiques n’ont rien aucun champ pour montrer à quel VLAN elles appartiennent, nous aurons besoin d’un autre protocole. Il existe deux protocoles de trunking très utilisés:

  • 802.1Q : C'est le protocole de jonction le plus courant. C'est un standard et supporté par de nombreux fournisseurs.

  • ISL : il s'agit du protocole de jonction Cisco. Tous les commutateurs ne le prennent pas en charge.

2. Jetons un coup d'oeil à 802.1Q:


Voici un exemple de trame Ethernet 802.1Q. Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’une trame Ethernet normale, mais nous avons ajouté une balise au milieu (c’est le champ violet). Dans notre tag, vous trouverez un «identifiant de VLAN» qui est le VLAN auquel appartient cette trame Ethernet. C’est ainsi que les commutateurs savent à quel VLAN notre trafic appartient. Il existe également un champ appelé «Priority» qui permet de donner une priorité différente aux différents types de trafic. Ceci est utile lorsque vous avez un VLAN pour le trafic voix sur IP et un autre VLAN pour le trafic de données, vous souhaitez probablement donner la priorité au trafic VoIP ou la qualité de votre appel pourrait en souffrir. J'espère que cela a été utile pour comprendre 802.1Q !


3. En commande


Pour changer le mode d'un port (interface) sur un switch il est tout d'abord nécessaire de sélectionner celui-ci avec la commande interface suivi du nom, pour notre exemple ce sera GigabitEthernet0/1.


Switch(config-if)#interface gig0/1
Switch(config-if)#switchport mode trunk

Pour permettre à un routeur d'avoir plusieurs passerelles (pour plusieurs VLAN) sur sur le même lien qu'un trunk 802.1Q il est nécessaire de créer des sous-interfaces et d'indiquer le VLAN attribué à chaque interface. Par exemple :


Router(config)#interface gig0/0.10
Router(config-subif)#encapsulation dot1Q 10
Router(config-subif)#ip address 192.168.10.1 255.255.255.0
​
Router(config)#interface gig0/0.20
Router(config-subif)#encapsulation dot1Q 20
Router(config-subif)#ip address 192.168.20.1 255.255.255.0

Comentários


Titre

Chargement...

Chargement...

Chargement...

bottom of page